Skip to content
Vous êtes ici : Accueil arrow Un peu d'histoire
Histoire de La Chorale de Froidmont « Un Café, Deux Trois Chants » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

  

"Un café, Deux Trois Chants", 13 ans déjà... et ce jeu de mots que personne ne comprend !

Le ton est donné.

 

Sur des arrangements originaux de son chef, Patrick Joniaux, et autour de

l'accordéon de Émilie Laclais, cinquante chanteurs et chanteuses

revisitent un répertoire de chansons françaises connues et moins connues,

mais toujours parfumées de cet humour bien belge et de la bonne humeur

qui caractérisent cet ensemble.

  

Image

  

Fondée en 1995 par José Eeckhout, directeur musical

de la Fanfare de Froidmont, la chorale, alors « classique» est,

à la demande du comité, reprise en 2001 par Patrick Joniaux.

 

Musicien professionnel actif sur la scène Jazz et chanson française,

le "chef" insuffle au groupe une énergie nouvelle,

lui apportant des arrangements originaux sur des chansons

moins « traditionnelles ». 

 

Image 

  

La chorale vue par une choriste de la première heure:

 

10 ANS DE CHORALE !  DEJA ?      (23/02/2011)

Oh ! le jour heureux (Happy Day): le 5 mai 2000, quelques amateurs décident de chanter ensemble, de fonder une chorale et lui trouvent un nom bien tarabiscoté : «Un Café, Deux Trois Chants ».
Nous ne sommes pas  nombreux, mais bien décidés. Accompagnés par le synthétiseur de Jean Claude, papa de deux choristes, et sous la direction de Patrick  qui nous crée des arrangements originaux sur des chansons de variété française, la chorale prend forme.
Nous nous produisons alors en costume classique coiffés d’un chapeau en forme de tasse ; que nous étions cocasses !
Nous partons à Vezoul sans passer par Paris, ayant horreur des flonflons mais pas de l’accordéon que notre chorale apprécie tant.  
Dans le répertoire de nos débuts, et après avoir tapé sur des bambous (mais pas trop, c’est lassant de taper sur des bambous !), nous chantons que notre monde a beau ne pas être beau, nous l’avons dans la peau. Dans  Poulaillier’ Song, une poulette s’échappe de son perchoir de soprane et se met à faire le tour de cette basse-cour avec des cot-cot-cot  frénétiques.
Après avoir pataugé tout l’hiver dans la Gadoue, nous nous essayons au Mambo du Décalco et partons pour de jolies colonies de vacances nous baigner dans les égouts de la ville.  L’hiver suivant, nous rencontrons la fille du Père Noël. Mais qui c’est celui-là ? Même si Travailler  c’est trop dur, une petite prière et il n’y paraît plus. Mais, c’est sûr, pour nous: Pas de Boogie Woogie avant la prière du soir.
Cyril, un gars complètement malade, est notre second accompagnateur. Avec lui, de nombreux c(h)oeurs font BOUM, mais depuis son départ, appelé par son  propre destin, c’est notre Sandrine qu’on appelle aussi parfois Germaine , qui, après avoir quitté son amant de St Jean, et vendu des crayons et des cartes postales, relève le défi de l’accordéon pour notre plus grand bonheur. Que serions-nous sans elle, qu’un chœur au bois dormant !!!!!?  Merci Sandrine. 
5 ans déjà ! En février 2005,  nous chantons au Staquet, à Mouscron . C’est l’occasion de nous costumer cette fois en marins. Nos marinières donnent un air marin (et marrant) à nos filles du bord de mer. Des mouettes ou des chouettes, et une  Eve bien volage qui se balance sur les Padam, Padam. Comme nous le disait la Marquise: «tout va très bien».
Mais le temps passe et la mode change. Nos costumes sont remisés et, afin de mieux coller à ces chansons de période «  entre deux guerres », nous  voyons alors apparaître des dames avec voilettes, chapeaux, gants et socquettes blanches  auprès de messieurs  portant canotiers, casquettes, gilets et montres à gousset.  Pour compléter ce tableau, viennent  une mariée, une infirmière de la croix rouge, un garçon de café portant tablier rayé et béret basque, une femme de chambre, une écolière, un aviateur  et même Laurel et Hardy! Quelle époque! Quand j’ai vu ça, Je m’ suis fait tout p’tit sous un petit coin de parapluie. Ce n’est pas une Chanson pour l’Auvergnat! Des hommes, des femmes, des chiens, un veau, une tortue, le loup, la biche et le chevalier en attrapent la Maladie d’amour. C’est La Vérité!!!
Vient alors le temps de l’engagement et la  reconnaissance d’un génocide … Qui ne se souvient de ces wagons plombés, remplis de «Nuit et Brouillard» partant pour l’Allemagne et d’où beaucoup ne revinrent jamais ? Jean Ferrat  nous demande de ne pas les oublier ; heureusement qu’il y eut des Partisans  pour nous chanter une java des bombes atomiques qui dénonçe tous ces politiciens.
Pour le «petit taureau de Toulouse», le chef nous fait chanter «   Armstrong » sous (ou «saouls») le balcon de Marie -Christine.
Qui ne se souvient de pluies de petits papiers qui laissent nos empreintes partout où nous les chantons? Ce sont ceux écrits par Gainsbourg avant qu’il ne devienne Gainsbar, sacré Serge! De lui à notre répertoire, il y a sa fameuse Javanaise  et puis Couleur Café, qui d’après le chef «groove» comme une biscotte, mais nous y mettons tant de cœur qu’il nous permet de la chanter. Enfin, nous nous sommes essayés sur le Poinçonneur des lilas que nous avons laissé à La jeune fille du métro.
S’en suit une période de turbulences avec des chansons que nous avons rapidement abandonnées : Olga et  Aline qui mangent les Tartines à la Confiture des Frères Jacques, et « Argent trop Cher »  qui nous a ruiné. Enfin, tous les regrets sont superflus n’en parlons plus ! L’histoire les a emportés dans le Tourbillon de la vie.

Et à ceux que ça ne plait pas: une Bonne paire de  claques, ça leur rappellera le Temps des cerises. De toute façon, ça vaut mieux que d’attraper la scarlatine, ou de se retrouver au (la chanson du) chôm’ du.

 

Il y a environ  2 ans , nous prenons un nouveau tournant ; nos nouveaux costumes "pop art" nous donnent mauvaise réputation. Haaa, quand on est con, on est con!

Allez, je vous laisse, je vais revoir mes déclinaisons latines  dans Rosa pour voir la vie en rose . Tout cela mériterait de figurer sur la cassette vidéo … ça vaut le coup !

 

Si tous ces auteurs-compositeurs nous entendaient, tous s’écrieraient: Ils ont changé ma chanson!

 

Et c'est pas fini!!!

 

Martine C.

 

 

Image 

 
 

Infos de dernière minute

Les rendez-vous à venir

<< Avril 2014 >>
LMMJVSD
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930